Bob Marley

Bob Marley

Pourquoi ne pas commencer cette rubrique musique par Bob Marley? C’est avec lui que j’ai commencé à vraiment aimer la musique, à sentir la joie et le soleil s’exprimer en des rythmes simples et légers, bondissants. Je saurais être plus original par la suite, présenter des artistes ou des morceaux rencontrés au coin de ma rue… tant que cela parle à l’âme d’une manière ou d’une autre. Et puis n’est-il pas bon de toujours découvrir et explorer ce que l’on pense à tort déjà connaître… Rien ne nous empêche de redécouvrir chaque chose à chaque moment, d’observer sa silencieuse transformation, reflet de notre propre transformation…

Parler de musique, c’est aussi parler de l’histoire qui accompagne la découverte d’un morceau, la rencontre, le contexte; dans un bar avec des amis, seul, dans une salle de 100 personnes, un festival, des musiciens dans un parc… Parfois la musique d’elle-même opère sa magie… les paroles l’accompagnent presque comme un superflu… parfois les mots prennent le dessus, supportés par la mélodie… Les deux phénomènes peuvent se produire pour le même morceau, la même symphonie, sans compter tout ce qui se joue en nos esprits…

En fait, je commence par Bob Marley, car c’est souvent par lui que je commence si l’on me demande mes goûts en matière de musique, si on parle du partage dans la musique, voire de message, de communion, d’envol, de transe, … d’une danse à un mariage à une transe d’égarré… dans la forêt ou entre les murs d’une usine désaffectée… les hauts parleurs, les chuchotements, les instrument qui soufflent et les oiseaux qui sifflent dans le vent. Trois petits oiseaux venus nous dire de ne pas nous inquiéter… De ne pas avoir peur de l’énergie atomique, car aucun d’eux ne peut arrêter le temps…

L’instant éternel que l’on perçoit au détour d’une danse ou d’une chanson, au coin du feu, sous le vent des accordéons… Je sais, il n’y a pas d’accordéon chez Bob Marley, mais c’est le même esprit musical. Savez-vous que l’on a retrouvé des flûtes en os vieilles de plus de 40000 ans aux grottes Chauvet, en Allemagne, et ailleurs sans doute… Grand mouvement de l’épopée humaine, accélération, suspension… « Oui, mais quand même, comparer les hommes préhistoriques à Mozart, à Bob Marley, ou au voisin d’à côté… » Et bien pourquoi pas, qu’est-ce qui nous empêche de lier les choses entre elles, afin de toutes pouvoir les apprécier dans leur diversité… Chacun ses goûts, fascinants sujets de discussions, sur nos vécus, sur ce qui nous influence, ce qui nous ouvre, ce qui nous rapproche et nous oppose dans un même mouvement.

Au-delà, résonnent des convergences, au coeur du silence on apprend à aimer la musique, à tisser les liens entre le corps et l’esprit, l’âme et les amis. Avec quoi (et avec qui) en effet écoute-t-on de la musique? Avec nos oreilles peut-on répondre avec justesse, mais c’est bien insuffisant et nous découvrons chaque jour plus de liens, par la science ou par les arts, qui unissent nos destinées, à tous les niveaux. L’Odyssée humaine se prolonge et le témoignage de l’espèce passe de générations en générations, affûtant nos sens et nos perceptions… Voila pourquoi commencer par Bob Marley, car je peux en parler avec un Chinois ou un Nigérian, un Québécois ou un Normand, tous vont comprendre… quelque chose, sûrement pas la même chose, pas exactement, mais allons boire un verre demain, dans un endroit chaleureux, rayonnant de bien-être, passons un peu de musique, le soleil brille, l’harmonica vibre… On se comprend… rien à ajouter…

Le dernier film sur Bob Marley est très bien fait: Marley (2012)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s