Elle

Une ville

Elle

Elle m’apparût telle une forteresse,

Recelant au sein de ses pierres toutes

Les sortes de mystères, à jamais enlacés

En un labyrinthe de doutes et routes.

 

Elle m’apparût telle une maîtresse,

M’enseignant par ses voies le ton d’un art nouveau ;

Dessinant dans ses traits sa grise détresse

Et couvant sous ses toits le feu d’un renouveau.

   

Elle m’apparût, dans ma grande paresse,

Comme la source de mes agitations ;

Reine du dément m’offre sa liesse,

Mais souvent empêche la concentration. 

 

Elle m’apparût telle cette Déesse,

Qui ouvre les portes de tous les délices.

La tendre se fait belle, puis nous berce

En effaçant l’ombre de nos vains supplices. 

 

Elle m’apparût tel un immense espace

Où la vie toujours cohabite avec la mort ;

Je me perds en elle, ville aux mille impasses,

Avant de fuir aux ruelles de trésors.

 

ML (2007)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s