Alice

Alice

Alice

J’ai bien appris des contes de mon enfance
Et les ai pris au compte de mes errances.
Sur un chemin trouble et sans pareil,
J’ai forgé mon double dans son réveil.

Les lueurs du monde ont aveuglé mon propos,
Avant que de la ronde n’émane mon repos.
Dans une chambre douce et colorée,
J’ai trouvé l’ambre où dansent les bontés.

D’un pas leste et rapide,
J’ai suivi le chemin du vide.
Je tombe depuis sans fin
Dans un ciel de fées et de vin.

ML (2010)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s