Khalil Gibran: Le Prophète

khalil-Gibran--le--prophète---3 Écrivain, peintre et sculpteur libanais, Khalil Gibran nous a laissé une oeuvre riche et profonde dans laquelle transparaît une vision mystique de la vie alliant simplicité et profondeur. Le Prophète est un livre très bref et particulièrement réussi, dont les enseignements humanistes peuvent parler à tout un chacun. A la manière d’un livre tel que Citadelle de Saint-Exupéry, on a l’impression de lire un texte sacré tant sur le plan de la forme que du fond.

Si je dis qu’on en a l’impression et non qu’il s’agit d’un livre sacré, c’est seulement car le terme de sacré tend de nos jours à susciter des clivages, des blocages, et des oppositions stériles. Soit on voit et on vit le miracle de la vie, la dimension sacrée de chaque respiration et de chaque fragment de vie, soit il est vain d’utiliser ce mot à tort et à travers comme c’est le cas de nos jours…

En l’occurrence, Le Prophète partage avec beauté l’essentiel de ce qui nous anime. Au-delà des mots, on sent à chaque page le souffle profond qui a animé l’auteur lors de la rédaction de l’ouvrage, on sent ce courant chaud d’amour nous traverser avec délicatesse. Malgré ou grâce à sa brièveté, l’ouvrage traite de nombreux thèmes essentiels de l’existence humaine (l’amour, la mort, la beauté, l’amitié, le plaisir, les lois, le travail, la souffrance, le temps, la prière…)

Au final, une lecture simple, courte, à portée de chacun. Dans le fond, comme pour chaque lecture, on ne peut finalement jamais rien trouver de plus ou de moins que ce que nous sommes au moment de la lecture.

C’est ainsi que marié et père de famille, j’ai en particulier aimé lire les brefs passages sur les thèmes du mariage et des enfants. On y trouve des observations à la fois sages, profondes, et tout à fait opérationnelles pour emprunter un mot propre à notre civilisation matérialiste. Voici les extraits en question et le livre complet est disponible en autres ici: http://wikilivres.ca/wiki/Le_Proph%C3%A8te

Bonne lecture!

Le Mariage

Alors Almitra parla à nouveau et dit,
Et qu’en est-il du Mariage, maître ?
Et il répondit en disant :
Vous êtes nés ensemble, et ensemble vous serez pour toujours.
Vous serez ensemble quand les blanches ailes de la mort disperseront vos jours.
Oui, vous serez ensemble même dans la silencieuse mémoire de Dieu.
Mais laissez l’espace entrer au sein de votre union.
Et que les vents du ciel dansent entre vous.
Aimez-vous l’un l’autre, mais ne faites pas de l’amour une chaîne.
Laissez-le plutôt être une mer dansant entre les rivages de vos âmes.
Emplissez chacun la coupe de l’autre, mais ne buvez pas à la même coupe.
Donnez à l’autre de votre pain, mais ne mangez pas de la même miche.
Chantez et dansez ensemble et soyez joyeux, mais laissez chacun de vous être seul.
De même que les cordes du luth sont seules pendant qu’elles vibrent de la même harmonie.
Donnez vos cœurs, mais pas à la garde l’un de l’autre.
Car seule la main de la Vie peut contenir vos cœurs.
Et tenez-vous ensemble, mais pas trop proches non plus :
Car les piliers du temple se tiennent à distance,
Et le chêne et le cyprès ne croissent pas à l’ombre l’un de l’autre.

Les Enfants

Et une femme qui tenait un bébé contre son sein dit, Parlez-nous des Enfants.
Et il dit :
Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à la Vie.
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne sont pas à vous.
Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées.
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez héberger leurs corps, mais pas leurs âmes.
Car leurs âmes résident dans la maison de demain que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne cherchez pas à les faire à votre image.
Car la vie ne marche pas à reculons, ni ne s’attarde avec hier.
Vous êtes les arcs desquels vos enfants sont propulsés, tels des flèches vivantes.
L’Archer vise la cible sur le chemin de l’Infini, et Il vous tend de Sa puissance afin que Ses flèches volent vite et loin.
Que la tension que vous donnez par la main de l’Archer vise la joie.
Car de même qu’Il aime la flèche qui vole, Il aime également l’arc qui est stable.

Publicités

2 réflexions sur “Khalil Gibran: Le Prophète

    • Aucun livre ne peut plaire à tout le monde et puis il faut aussi tomber sur le bon livre au bon moment!… Je n’hésite jamais à abandonner un livre si je n’accroche pas dès les premières pages, quitte à essayer de nouveau une autre fois 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s